Fragrance words, episode 5: Luc Berriet

Reading Time: 14 minutes

Fragrance_words_logo_5

Episode number 5 of our exclusive web-serie “Fragrance words” is featuring Luc Berriet. As always, the french version is down below.

EPISODE 5: LUC BERRIET (EN)

Luc Berriet is one of the most passionate people I know in this industry. He works everyday with his heart and the bravery of his convictions. Luc Berriet works for the past 10 years for Firmenich, one of the leading worldwide Fragrance houses. As Fine Fragrance Development Director his role, as he describes it himself, is a sort of a “olfactory coach” with the Perfumers. At the beginning, he has all the Perfumer’s team to manage and, if everything goes well, one champion remains at the end of the project with whom the project is finalized. As a coach, Luc Berriet is present to stimulate, advice, guide and protect the Perfumers. It is a close collaboration and trust with them. He is also an interface between customers (Brands) and Perfumers. He helps translate the ideas of a project into scents, and he accompanies the Perfumer in the development of his creations.

THE FRAGRANCE MARKET IN 2012

Luxury Activist (LA): 2012 New launches, which are the fragrance launches that positively marked this year ?
Luc Berriet (LB): Thanks to my job, each new launch is a discovery … some good and some less. This is one of my roles to follow, understand, dissect, classify new launches. If it is a fragrance of one of our Perfumers, we feel great pleasure and pride to find it on the market (it takes about a year between the end of a project and when it is finally revealed). If I ask myself about those who have the most impressively marked this year, also because I love to show them and to offer them, are “Juniper Sling” from Penhaligon’s (for its freshness around a dry Gin accord) Swiss Army Forest by Victorinox (for its accords of cypress and pine), Volutes by Diptyque (for its spicy notes of pepper, tobacco and incense), The Bottega Veneta (for a vision of femininity beyond fashion trends) and Angel eau de toilette (for a new writing of this great theme). In each case, we can talk about a personal olfactory emotion that I wanted to share.

LA : According to you, which are the failed launches this year and why ?
LB:
I can speak about all the fragrances which procured me a certain emotion this year but do not ask me about the others. I do not wish to grant the bad points.
Behind each launch, you can find Perfumers, Evaluators and a whole team who have worked for months to win the project trials after trials. Some launches are worthy of our hopes, others less so.

LA: In this 2012 fall, which are the brands or launches you are looking forward to ?
LB:
It is obvious that everybody is expecting the next Vuitton fragrance(s). A great luxury brand, a rich universe and a Perfumer of great talent. I have always been a fan of Jacques Cavallier’s creations (the new Vuitton in-house Perfumer). L’Eau d’Issey, his creations for Bulgari, M7 and Nu by YSL, the JPG Classique, Le Feu d’Issey, Stella…
Having worked with Jacques on some projects, I know his level of demand and talent. That’s why I have this expectation.

FUTURE TRENDS

LA: Until 2015, you wish that the Fragrance industry becomes more… (up to you to complete the sentence)
LB:
…Precious, to please consumers and especially their loyalty, the quality of the perfume is key. We need to put value where it should be, in the intrinsic quality of the juice with the ability to use beautiful natural materials or synthetic.
…Released from the dictates of consumer tests which if used incorrectly can be too simplistic. It contributes to the impoverish of the launches in order to please the majority.
…Demanding in terms of pure creations. I think all the actors in the perfume industry must bring something new to the history of perfumes. It is certainly a dream when you think about the thousand perfumes launched each year, but this requirement is necessary and beneficial.

LA: Which new olfactory directions would you like to see in future creations ?
LB: Everything is possible! Perfumers have at their disposal new natural raw materials or synthetic molecules resulting from the research. It will help them to define these new olfactory directions but still everything is based on their talents as creators and the possibility to express themselves towards new olfactory territories. This is the magic in the art of the perfumer; To imagine, to search, and to create new scents … and if possible by getting rid of “praline & patchouli” overdoses and of the touted fruity gluttony, but then… I am listening to my personal taste!

LA: According to you, which Fragrance Brands will take the lead in the future and why ?
LB: I think Brands that have strong values, and remain true to those values in the development of their scents, can only succeed. Brands that come immediately to mind are Vuitton (but we will have to wait to confirm or not this opinion), also Bottega Veneta, with its universe of refined leather accessories, ready-to-wear, jewelry and fragrances.
In every case: a high level of demand, a concern of beautiful and qualitative materials, a respect for the values of the brand. Yves Rocher is another example of a company whose values are important in the qualitative development of its fragrances.
For me, at the foundation of everything, you need a personality, he or she can be the designer, the Perfumer or a Marketing Manager with a vision and the desire to not compromise. When the scent is just from the values of the brand and honest in what it offers to consumers, it can only make its way. Speaking of the future, I also think about new countries of the so-called “emerging areas” and especially India. This country is opening itself to the world, its creators are more and more visible internationally. The Indian consumers, who have a real affinity with perfume, are eager to discover the world of luxury. Much remains to be done but I think it is a development to be monitored.

LA: Perfumery shops have a hard time trying to keep their clients who, like butterflies, flutter between different Chains, Department-stores or even Internet. According to you, which are the paths to be explored to improve customer loyalty ?
LB: I am always struck at the point of sale by the reductive approach of the distribution. For months, we have been working with marketing teams on an olfactory story. What remains of it in the end? Very little. The fragrance story, if you’re lucky enough to have one, is recited, poorly in emotion and passion. It is often a poor image of what we wanted to convey. It is especially important to help fragrances find their audience, with a real advice made by passionate people. Free samples to allow consumers to try the new creations on skin and internet also has its role to play. I think that in this time of crisis, consumers will buy intelligently, perhaps less, but definitely better. Hence the importance of the advice and the opportunity to test before buying.

Fragrance_words_logo_FR_5

EPISODE 5: LUC BERRIET (FR)

Luc Berriet est une des personnes les plus passionnées que je connaisse dans cette industrie. Il travaille chaque jour avec son coeur et le courage de ses convictions. Il travaille depuis les dix dernières années chez Firmenich, une des Maisons de composition leader du marché mondial. Comme Directeur du Développement Parfumerie fine, son rôle, comme il le décrit, est une sorte de “coach olfactif” avec les Parfumeurs. En début de projet il a toute l’équipe de Parfumeurs à gérer et si tout va bien il en reste un champion en fin de parcours avec lequel le projet se finalise.
Comme les coachs, Luc Berriet est là pour stimuler, conseiller, orienter et protéger les Parfumeurs. C’est un travail en étroite collaboration et surtout de confiance avec eux. Il est également une interface entre les clients (les Marques) et les Parfumeurs. Il est là pour aider à traduire les attentes sur un projet en Idées olfactives et accompagner le parfumeur dans le développement de ses créations.

LE MARCHE DE LA PARFUMERIE EN 2012

Luxury Activist (LA) : Lancements 2012, quels parfums vous ont-ils positivement marqués cette année ?
Luc Berriet (LB) : De par mon métier, chaque lancement est une découverte… certaines bonnes et d’autres moins. C’est un de nos rôles que de suivre les lancements, de les comprendre, les disséquer, les classifier. Si c’est un parfum d’un de nos créateurs, nous ressentons un réel plaisir et de la fierté à le retrouver (il faut compter environ un an entre la fin d’un projet et sa commercialisation où il est enfin révélé). Si je me pose la question à titre personnel, ceux qui m’ont le plus marqués cette année, car j’aime les offrir et les faire découvrir sont “Juniper Sling” de Penhaligon’s (pour sa fraicheur autour d’un accord de dry Gin), Swiss Army Forest de Victorinox (pour ces accords de cyprès et de pin), Volutes de Diptyque (pour ses notes épicées de poivre, de tabac et d’encens), Le Bottega Veneta (pour une vision de la féminité hors effet de mode) et Angel eau de toilette ( pour cette nouvelle écriture d’un grand thème). A chaque fois, on peut parler d’une émotion olfactive personnelle que je cherche à faire partager.

LA : A votre avis, quels sont les “flops” de l’année ? Et pourquoi ?
LB : Autant je peux parler des parfums qui m’ont procuré une émotion cette année, autant je ne tiens pas à décerner les mauvais points. Derrière chaque lancement, vous avez des parfumeurs, des évaluateurs et toute une équipe qui ont travaillé pendant des mois, essais après essais pour remporter le projet. Certains lancements sont à leur hauteur de leur espérance, d’autres moins.

LA : En cette rentrée 2012, quelles sont les marques ou les lancements que vous attendez avec impatience ?
LB : Il est évident que tout le monde est dans l’attente du ou des prochains parfums Vuitton ; Une grande marque de luxe, un univers riche, et un parfumeur de talent. J’ai toujours été fan des créations de Jacques Cavallier (le nouveau parfumeur maison); L’Eau d’issey, ses créations pour Bulgari, M7 et Nu d’YSL, Le JPG féminin, le Feu d’Issey, Stella… Pour avoir travaillé avec Jacques sur certains projets, je connais son niveau d’exigences et son talent. D’où cette attente.

TENDANCES FUTURES

LA : D’ici 2015, vous souhaitez que l’Industrie du Parfum devienne plus… (à vous de compléter)
LB : … Précieuse, pour plaire aux consommateurs et surtout les fidéliser, la qualité du parfum est primordiale. Il faut remettre la valeur là où elle doit être ; dans la qualité intrinsèque du jus avec la possibilité d’utiliser de belles matières naturelles ou de synthèse.
… Libérée, des dictats des tests consommateurs qui si mal utilisés peuvent être trop réducteurs et contribuent à appauvrir les lancements dans le souci de plaire au plus grand nombre.
…Exigeante, en terme de créations pures. J’estime que tous les acteurs dans l’industrie du parfum se doivent d’apporter quelque chose de nouveau à l’histoire des parfums. C’est certes une utopie quand on pense au millier de parfums lancés tous les ans, mais cette exigence est nécessaire et salutaire.

LA : Quelles « directions olfactives » aimeriez-vous voir dans des futures créations ?
LB : Tout est possible ! Les parfumeurs ont à leur disposition de nouvelles matières premières naturelles ou molécules de synthèse issues de la recherche, qui vont les aider à définir ces nouvelles directions olfactives mais tout repose à la base sur leur talent de créateurs et la possibilité qu’on leur donne de s’exprimer sur de nouveaux territoires olfactifs. C’est la magie du métier de parfumeur ; imaginer, chercher, et créer de nouvelles directions olfactives… si possible en s’affranchissant des overdoses de praline & patchouli et de la gourmandise fruitée racoleuse, mais là je laisse parler mon goût personnel.

LA : D’après vous, quelles marques de parfum vont prendre l’ascension dans le futur et pourquoi ?
LB : Je pense que les marques qui ont des valeurs fortes et restent fidèles à ces valeurs dans le développement de leurs parfums ne peuvent que séduire. Les marques qui me viennent tout de suite à l’esprit sont Vuitton (mais il va falloir attendre pour confirmer ou pas ce sentiment) mais aussi Bottega Veneta ; un univers de maroquinerie très raffinée mais aussi du prêt-à porter, des bijoux et du parfum. A chaque fois, un fort niveau d’exigence, un souci des belles matières et de la qualité, un respect des valeurs de la marque. Yves Rocher est un autre exemple de société dont les valeurs sont importantes avec un souci de qualité dans le développement de ses parfums.
Pour moi, à la base de tout, il faut une personnalité ; qu’il ou elle soit styliste, parfumeur ou responsable Marketing avec une vision et le désir de ne pas se compromettre. Quand le parfum est juste par rapport aux valeurs de la marque et honnête dans ce qu’il offre aux consommateurs, il ne peut que faire son chemin. En parlant du futur, je pense aussi à ces nouveaux pays de ces zones dites émergentes et plus particulièrement l’Inde. Ce pays s’ouvre ; ses créateurs sont de plus en plus visibles internationalement et les consommateurs indiens qui ont une réelle affinité avec le parfum, sont avides de découvrir cet univers du luxe. Beaucoup reste à faire mais je pense que c’est un développement à suivre de près.

LA : Les parfumeries peinent à conserver leurs clients qui papillonnent entre les différentes Chaines, Grands-magasins ou encore Internet. Selon-vous, quelles seraient les voies à explorer pour améliorer la fidélisation de la clientèle ?
LB : Je suis toujours frappé sur les points de vente par le côté réducteur de la distribution. Pendant des mois nous travaillons avec les équipes marketing sur une histoire olfactive. Qu’en reste-t-il à la fin ? Très peu. Le discours si on a la chance d’en avoir un, est récité, pauvre en émotion et en passion. Il n’est souvent qu’une pauvre image de tout ce que nous souhaitions transmettre. Il est d’autant plus important d’aider les parfums à trouver leur public ; un vrai conseil par des gens passionnés, des échantillons gratuits pour permettre aux consommateurs de suivre sur peau les nouvelles créations, internet a également son rôle à jouer. Je pense qu’en cette période de crise, les consommateurs vont acheter avec plus de discernement ; peut-être moins mais certainement mieux. D’où l’importance du conseil et de donner la possibilité de tester avant l’achat.

A big thank you to Luc Berriet for his time and passion.
Next episode of Fragrance Words: Beatrix Chartier – Thursday 11th October 2012.

If you wish to check the previous episodes, click here below:

Episode 1: Le Critique de Parfum
Episode 2: Elisabeth de Feydeau
Episode 3: Yann Vasnier
Episode 4: Pierre Aulas

Info sourced in an exclusive interview by luxuryactivist.com.  All content is copyrighted with no reproduction rights available.

LuxuryActivist is an international lifestyle webzine based in Switzerland. Get fresh news about luxury, arts, fashion, beauty, travel, high-tech and more. subscribe to our Happy friday luxury newsletter or follow us in social media.